Ottawa-Carleton, ON

Ajouter à vos favoris

Trouble de la personnalité limite

Sommaire : Le trouble de la personnalité limite (TPL) est un état où une personne éprouve des difficultés avec l'image et l'estime qu'elle a d'elle-même au point qu'elle a constamment besoin d'être en contact avec d'autres et d'obtenir leur reconnaissance. Ce trouble induit une crainte démesurée du rejet et de l'abandon et les personnes atteintes sont enclines à éprouver, à la suite d’un rejet (voire de l'impression de rejet), de graves problèmes d'humeur et de comportement.

Introduction

Maladie mentale grave, le TPL se caractérise par une instabilité frappant les humeurs, le comportement, l'image de soi et les relations interpersonnelles, instabilité qui souvent perturbe la vie familiale et professionnelle, les capacités de planification à long terme et le sentiment d’identité du moi. Les victimes du TPL, un état perçu à l’origine comme étant à la « limite » de la psychose, souffrent d’un trouble de la régulation émotionnelle. Moins connue mais plus répandue que la schizophrénie ou la psychose maniacodépressive, cette pathologie touche deux pour cent des adultes, des jeunes femmes dans la plupart des cas. Parmi les personnes qui en sont atteintes, nombreuses sont celles qui procéderont à des actes d’automutilation sans intention suicidaire et à des tentatives de suicide, qui, dans les cas les plus lourds, seront réussies. Les patients qui en sont atteints ont fréquemment besoin d’une vaste gamme de services en santé mentale dont l’hospitalisation, dans 20 pour cent des cas. Avec de l’aide et du temps, généralement leur état s’améliore et ils finissent même par mener une vie productive.

Symptômes

Habituellement, une personne dépressive ou maniacodépressive aura la même humeur pendant quelques semaines, tandis que celle atteinte du TPL peut avoir des d'intenses accès de colère ou être dans un état dépressif ou anxieux qui ne dureront que quelques heures ou, tout au plus, une journée.

 

Pendant ces périodes, la personne peut également connaître des épisodes où elle commet impulsivement des agressions, s’automutile ou consomme abusivement de la drogue ou de l'alcool. Une interprétation erronée de la réalité et une dégradation de l’estime personnelle sont susceptibles de l'amener à changer constamment d'objectifs à long terme, de plans de carrière, d’emplois, d’amis, d’identité sexuelle et de valeurs. Tantôt, la personne atteinte se considérera comme foncièrement mauvaise ou indigne ou aura l’impression d’être maltraitée ou injustement incomprise ou de ne pas se connaître, tantôt elle sera en proie à un sentiment d’ennui ou de vacuité. Si, en plus, elle se sent isolée et dénuée de soutien social, les symptômes s’aggraveront et elle fera d’incroyables efforts pour ne pas demeurer seule.

 

La personne aux prises avec le TPL a tendance à être très instable dans ses relations sociales. Elle est capable de témoigner d’un attachement profond, quoiqu’orageux, mais si elle idéalise (grande admiration et amour) sa famille, ses amis et des êtres chers, elle peut brusquement commencer à les dénigrer (colère intense et haine). Une personne atteinte du TPL s’attache spontanément à une personne, et l’adore, mais au moindre conflit ou séparation, elle basculera immédiatement dans l'autre extrême et lui reprochera amèrement de la délaisser totalement. Même avec les membres de sa famille, elle se montre extrêmement sensible au rejet, réagissant par la colère et la détresse à des séparations qui semblent sans importance, comme des vacances ou des voyages d'affaires, ou même à des changements subis dans les plans. Cette crainte de l'abandon semble avoir un lien avec la difficulté de se sentir émotivement liée à des personnes importantes qui sont physiquement absentes, cette absence la faisant sentir perdue, voire bonne à rien. Des menaces et des tentatives de suicide peuvent en résulter, auxquelles se mêle de la colère provoquée par les déceptions et l'impression d'être abandonnée.

 

Les personnes souffrant du TPL présentent d’autres comportements impulsifs : elles feront des dépenses excessives, sombreront dans la boulimie ou auront des relations sexuelles à risque. Le TPL et d'autres problèmes psychiatriques, tout particulièrement la psychose maniacodépressive, la dépression, les troubles anxieux, la toxicomanie et l’alcoolisme et autres troubles de la personnalité, sont souvent concomitants.

Traitement

Les soins pour le TPL se sont améliorés au cours des dernières années.

 

La psychothérapie individuelle ou collective fait preuve d'une certaine efficacité dans bien des cas. Au cours des 15 dernières années, on a mis au point un nouveau traitement psychosocial - la thérapie comportementale dialectique (TCD) - pour soigner le TPL et, à la lumière des résultats des études qui y sont consacrées, cette technique semble prometteuse.

 

Des traitements pharmacologiques sont souvent prescrits dans le cas de certains symptômes cibles que présente le patient. Les antidépresseurs et les psychorégulateurs peuvent s'avérer utiles pour les humeurs dépressives ou instables, tandis que les antipsychotiques seront recommandés à une personne n'arrivant plus à réfléchir convenablement.

Source

Nous tenons à remercier la National Institute of Health (NIH) pour sa publication au sujet du trouble de la personnalité limite.

 

 

Affichée le : Sep 13, 2010
Date de la dernière modification : Aug 14, 2013

Trouvez-vous que l'information donnée sur cette page est utile?