Panier info -

Délire : Information pour les parents et les soignants

Sommaire : Le délire est un changement soudain dans la façon dont une personne pense ou agit. Cela peut arriver à n'importe qui, mais il arrive le plus souvent aux patients déjà hospitalisés. Des soins médicaux immédiats sont requis chaque fois que quelqu'un a un délire. Il existe de nombreuses façons de soutenir un proche atteint de délire, tel qu’en évitant toute surstimulation, qu'elle soit sensorielle (par ex., trop de bruit) ou émotionnelle (par ex., trop de stress).
Ajouter au Panier Info
PDF
Image credit: Adobe Stock

Qu'est-ce que c'est?

Le délire est un changement soudain dans la façon dont une personne pense ou agit.

Le délire peut survenir à n’importe quel âge, bien que les personnes âgées et les très jeunes soient les plus à risque.

Cela peut arriver à n'importe qui, mais il arrive le plus souvent aux patients déjà hospitalisés.

Signes de délire

Le premier signe de délire est que vous remarquez que votre proche semble agir différemment et non comme vous attendiez. Les soignants disent souvent: « Il n'est pas lui-même… Ce n'est pas du tout mon enfant… »

  • Les signes classiques incluent :
    • Confusion et désorientation, telles que :
    • Se confondre sur l'heure ou la date
    • Se confondre sur son identité, ne pas reconnaître ses proches
    • Se confondre sur l'endroit où il se trouve
  • Oublier des choses
  • Désorganisation, par ex. ne pas avoir de sens
  • Hallucinations, par ex. voir ou entendre des choses qui ne sont pas là
  • Changement soudain de personnalité
  • Changement soudain d'humeur, par ex. être plus irritable et devenir facilement frustré
  • Errant sans but
  • Changement dans le niveau de conscience, par ex. dériver entre être éveillé ou endormi

Quelles sont les causes?

Le délire est causé par des contraintes médicales qui affectent le cerveau et peut être causé par de nombreux problèmes, notamment :

  • Les infections
  • Les médicaments
  • Drogues
  • Ne pas boire assez d'eau (déshydratation)
  • Mauvaise nutrition
  • Glycémie élevée ou basse

Que faire à ce sujet?

Si votre être cher est déjà à l'hôpital et vous remarquez un changement soudain et significatif dans la façon dont votre proche pense ou agit :

  • Informez les infirmières ou les médecins immédiatement.

Si votre proche n'est pas à l'hôpital et vous remarquez un changement important et soudain dans la façon dont votre proche pense ou agit :

  • Cherchez de l'aide médicale immédiatement. Il existe de nombreuses manières d'obtenir de l'aide, notamment :
    • Appeler une ligne d’écoute d’urgence ou une ligne d’écoute d’informations de la santé

Voir votre médecin ou aller dans une clinique sans rendez-vous

  • Se rendre au service des urgences de l'hôpital le plus proche

Comment traite-t-on le délire?

Bien que le délire puisse être une expérience effrayante pour les aidants proches, la bonne nouvelle est qu’il est traitable.

Le médecin va essayer de déterminer quel condition médicale qui contribue au délire. Une fois que cela est déterminé, le médecin parlera des traitements pour le délire.

Par exemple :

  • Si le délire est provoqué par une infection, la clé consiste à traiter l’infection.
  • Si le délire est causé par un faible taux de sucre dans le sang, il est essentiel de traiter le faible taux de sucre dans le sang.
    • Dans certaines situations, les médicaments peuvent être utiles pour traiter les symptômes (tels que l'agitation, l'agressivité, entendre ou voir des choses qui ne sont pas là) du délire, tels que
      • Rispéridone
      • Halopéridol

    Comment puis-je soutenir mon proche avec le délire?

    Voici quelques stratégies qui peuvent vous aider si votre proche est atteint du délire, ou peuvent réduire son risque de développer le délire :

    • Réduire la surcharge sensorielle
      • Réduire le bruit et les distractions autour de l'être cher.
      • Réduire l'excès de lumière en gardant les lumières faibles ou éteintes
      • Lorsque vous parlez à votre proche, utilisez un ton de voix calme et des phrases claires et courtes
        • Lorsque vous visitez votre proche, limitez le nombre de visiteurs afin de ne pas submerger celui-ci.
      • Réduire l'utilisation de la technologie hyperstimulant
        • Essayez de réduire l'utilisation des écrans car ceux-ci ont tendance à être trop stimulants, en particulier lors de la stimulation visuelle. Par exemple, au lieu de jouer à un jeu vidéo ou de regarder la télévision, il serait préférable d'écouter les sons de la nature.
        • Encourager un sommeil sain. Se coucher à l'heure est particulièrement important. Le soir, précédant le coucher, réduisez autant que possible la lumière artificielle (par exemple, celle des écrans d’ordinateur ou des téléphones portables), car elle aide le cerveau à fabriquer de la mélatonine, qui favorise ensuite le sommeil. 
        • Évitez l’utilisation inutile de médicaments qui affectent le cerveau, tels que les somnifères, l’alcool ou les drogues illicites. Notez que si des médicaments qui agissent sur le cerveau (par ex., des antidépresseurs) vous sont prescrits, consultez votre médecin si vous avez des inquiétudes.
        • Réduit le stress émotionnel. Votre proche peut dire ou faire des choses qui n’ont aucun sens, mais essayez d’éviter les désaccords car ceux-ci peuvent être stressants pour votre proche.
          Même si vous êtes en désaccord avec quelque chose qu'ils disent, voyez si vous pouvez simplement trouver un moyen de vous mettre d'accord et de soutenir ce qu'ils ressentent.

        • Par exemple :
          • Un proche: Votre proche dit quelque chose avec lequel vous n'êtes pas d'accord, par exemple « Je déteste ___. »
            Vous dites : « Je suis vraiment désolé d’entendre cela. Cela semble difficile… » ou simplement « Vous vous sentez frustré… »
        • Aidez à orienter votre proche, qui peut être enclin à devenir désorienté.
        • Dites à votre bien-aimé qui vous êtes et pourquoi vous êtes là
        • Dites à votre proche qui il est et pourquoi il est là
        • Mettez des objets familiers dans l'environnement pour aider à orienter votre bien-aimé.
        • Par exemple, dans la chambre, placez des photos de votre bien-aimé avec votre famille, vos amis ou d'autres lieux et objets familiers.
        • Avoir un calendrier

    À propos de ce document

    Rédigé par les professionnels de la santé de l'Hôpital d'Ottawa, du Centre de santé mentale Royal Ottawa et du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) (en Ontario, au Canada).

    Avertissement

    Ces informations sont proposées « en l’état » et ont pour seul but de fournir des informations générales qui complètent, mais ne remplacent pas les informations fournies par votre expert qualifié ou votre prestataire de santé. Contactez toujours un expert qualifié ou un professionnel de la santé pour obtenir de plus amples informations sur votre situation ou situation particulière.

    Licence Creative Commons

    Vous êtes libre de copier et de distribuer ce document dans son intégralité, à condition que 1) ce matériel ne soit pas utilisé d’une manière suggérant que nous vous approuvions ou que vous l’utilisiez, 2) ce matériel n’est pas utilisé à des fins commerciales (non commerciales). commercial), 3) ce matériel n’est altéré en aucune manière (pas d’œuvres dérivées). Consultez la licence complète à http://creativecommons.org/lic...

    Affichée le : Sep 12, 2014
    Date de la dernière modification : May 31, 2019

    Trouvez-vous que l'information donnée sur cette page est utile?