Panier info -

Trouble de stress post-traumatique (TSPT)

Sommaire : Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est un trouble anxieux qui peut s'installer après une exposition à des expériences traumatisantes comme être témoin d'une situation dangereuse, par exemple un incident violent ou une catastrophe.
Ajouter au Panier Info
PDF
Image credit: Adobe Stock

Introduction

Il est normal d'avoir peur ou d'être inquiet quand quelque chose de terrible vous arrive ou arrive à un proche. Mais il arrive parfois qu'un événement soit si bouleversant qu'il continue de hanter quelqu'un, même si le danger est passé. Si vous avez peur ou ressentez de l'inquiétude des semaines ou des mois après l'événement, il est temps de consulter votre médecin. Vous pouvez souffrir de trouble de stress post-traumatique (TSPT). Heureusement, même si c'est le cas, vous pouvez être traité et vous sentir mieux.

Qu'est-ce que le trouble de stress post-traumatique (TSPT)?

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est un trouble anxieux qui peut s'installer après une exposition à des expériences traumatisantes comme être témoin d'une situation dangereuse, par exemple un incident violent ou une catastrophe.

 Il peut affecter une personne qui a subi une blessure physique. Il peut également affecter quelqu'un qui a simplement été témoin d'un traumatisme subi par d'autres personnes.

Qui est susceptible de subir un TSPT?

Toute personne est susceptible d'être en TSPT, peu importe son âge.

À quel moment le TSPT fait-il son apparition?

L'TSPT apparaît à différents moments pour différentes personnes. Des signes d'un TSPT peuvent apparaître tôt après un événement effrayant et persister ensuite. D'autres personnes constatent de nouveaux signes ou des signes plus graves des mois ou même des années plus tard.

Quelles sont les causes du TSPT?

Survivre à une expérience stressante ou en être témoin peut entraîner un TSPT. Cela peut inclure, mais ne se limite pas à ce qui suit:

  • Être victime de violence ou être témoin d'un acte violent
  • Guerre ou combat
  • Être un premier intervenant tel qu'un paramédical, un policier ou un pompier
  • Accident de voiture ou écrasement d'un avion
  • Ouragan, tornade et incendie
  • Crime avec violence, comme un vol ou une fusillade
  • La mort ou la maladie grave d'un proche.

Les émotions fortes causées par l'événement sont susceptibles d'engendrer des changements dans le cerveau qui sont à l'origine d'un TSPT.

Signes et symptômes du TSPT

 Les personnes qui souffrent d'un TSPT ont des pensées et des souvenirs persistants de leur épreuve et ont l'impression qu’elles sont émotionnellement anesthésiées, en particulier en ce qui a trait à leurs proches. Elles peuvent souffrir de troubles du sommeil, de détachement ou sursauter à la moindre chose.

 

Les symptômes du TSPT peuvent être terrifiants. Ils peuvent interférer avec la vie quotidienne. Le seul fait de passer à travers la journée peut sembler un exploit.

 

Les symptômes du TSPT apparaissent habituellement peu après l'expérience traumatisante, mais peuvent ne pas se manifester avant des semaines et des mois plus tard. Ils peuvent aussi être intermittents pendant plusieurs années. Si les symptômes persistent pendant plus de quatre semaines, engendrent un grand désarroi ou interfèrent avec le travail ou la vie familiale, vous êtes probablement aux prises avec un TSPT.

 

Quatre types de symptômes sont courants : reviviscence de l'événement traumatique, évitement, anesthésie émotionnelle et hypervigilance.

 

1. Revivre des événements (ou symptômes de reviviscence) : Les mauvais souvenirs de l'expérience traumatisante peuvent vous envahir à tout moment. Vous pouvez ressentir une peur ou une horreur identique à celle ressentie lors de l'événement. Vous pouvez avoir des cauchemars. Vous pouvez avoir l'impression de revivre l'expérience traumatisante. Cela s'appelle avoir un épisode dissociatif. Parfois un déclencheur, par exemple un son ou une image peut suffire à vous faire revivre l'expérience en question. Exemples de déclencheurs :

  • La pétarade d'une voiture peut ramener des souvenirs de fusillade et de guerre à un ancien combattant.
  • Être témoin d'un accident de voiture peut rappeler à un survivant l'écrasement d'un avion.
  • Un reportage sur une agression sexuelle peut ramener une femme à l'époque où elle a été victime d'un viol.

2. Éviter les situations qui rappellent le traumatisme (symptômes d'évitement) : Vous pouvez tenter d'éviter les situations ou les gens qui déclenchent des souvenirs d'expériences douloureuses. Vous pouvez même éviter de parler de l'événement ou d'y penser. Exemples :

  • Une personne qui a subi un tremblement de terre peut éviter les films ou les émissions de télévision qui présentent des tremblements de terre.
  • Une personne qui a été victime d'un vol à main armée alors qu'elle commandait un hamburger au service au volant peut éviter les établissements de restauration rapide.
  • Certaines personnes cherchent à s'occuper sans cesse ou évitent de demander de l'aide. Cela les empêche d'avoir à penser à l'événement ou à en parler.

3. L’anesthésie émotionnelle : Vous pouvez avoir du mal à exprimer vos sentiments. Il s'agit d'une autre manière d'éviter les souvenirs. Exemples :

  • Peut-être n’éprouvez-vous pas de sentiments positifs ou chaleureux envers les autres et par conséquent, vous vous tenez loin des relations.
  • Peut-être n’êtes-vous plus intéressé par les activités que vous aimiez.
  •  Peut-être avez-vous oublié des éléments de l'événement traumatique ou êtes-vous incapable d'en parler.

4. L’hypervigilance (aussi appelée hyperexcitation) : vous pouvez être nerveux, ou toujours aux aguets et à l'affût des dangers. On appelle aussi ce phénomène : hyperexcitation. Ce qui peut :

  • Vous rendre colérique ou irritable très soudainement
  • Perturber votre sommeil
  • Vous occasionner des problèmes de concentration
  • Vous faire craindre pour votre sécurité et être toujours vigilant
  • Vous faire sursauter quand quelqu’un vous surprend

(Information provenant du National Center for PTSD
http://www.mentalhealth.va.gov/MENTALHEALTH/ptsd/fs_what_is_ptsd0ddb.asp)

Troubles apparentés

Le TSPT est semblable à la détresse aiguë :

  • On parle de détresse aiguë lorsque les symptômes durent moins de quatre semaines.
  • On parle de trouble de stress post-traumatique (TSPT) lorsque les symptômes durent plus de quatre semaines.

Autres problèmes courants

En l'absence de traitement, le TSPT peut entraîner de nombreux problèmes, et notamment empêcher quelqu'un de mener une vie normale. Le TSPT peut engendrer ou aggraver :

  • Des problèmes de consommation d’alcool ou de drogue
  • Des sentiments de désespoir ou de honte
  • Des problèmes professionnels
  • Des problèmes relationnels, y compris le divorce et la violence
  • Des symptômes physiques

En cas d'occurrence du TSPT, il est d'autant plus important d'obtenir de l'aide et un traitement qu'il peut perturber non seulement la vie de la personne atteinte, mais aussi celle des amis et des membres de la famille.

Le TSPT chez les enfants

Les enfants peuvent souffrir d'un TSPT. Ils peuvent présenter les mêmes symptômes que les adultes ou des symptômes différents, selon leur âge.

 

Les symptômes courants sont, notamment :

  • Des comportements régressifs, c'est-à-dire typiques d'un plus jeune âge
  • Une incapacité à parler
  • De nombreuses plaintes d'un mal de ventre ou d'un mal de tête
  • Le refus de sortir ou de jouer avec des amis

Les jeunes enfants peuvent être plongés dans le désarroi quand leurs parents ne sont pas à proximité, avoir du mal à dormir, ou encore soudainement perdre les acquis sur le plan de la propreté.

 

Pendant le premier cycle des études primaires, les enfants (de 6 à 9 ans) peuvent reproduire le traumatisme dans leurs jeux, leurs dessins ou leurs histoires. Ils peuvent se plaindre de maux physiques ou devenir plus irritables ou agressifs. Ils peuvent aussi manifester des peurs et de l'anxiété qui ne semblent pas être liées à l'événement traumatique.

 

Les symptômes des enfants plus âgés ressemblent plus à ceux des adultes.

Suis-je aux prises avec un TSPT?

Si vous vous demandez si vous êtes aux prises avec un TSPT, consultez votre médecin.

 

Vous pourriez également répondre au questionnaire de dépistage suivant, élaboré par Breslau et ses collègues (Breslau, 1999).

 

Si vous répondez oui à quatre questions ou plus, il est probable que vous soyez aux prises avec un TSPT et vous devriez consulter un professionnel de la santé. Le questionnaire ayant été élaboré à des fins de dépistage seulement, il ne remplace pas un diagnostic ou une consultation auprès d'un professionnel de la santé. Si vous vous faites du souci, consultez votre médecin.

 

Dans le cas où vous avez vécu des événements traumatiques (violence, crime, combat ou abus)

  1. Depuis les événements, évitez-vous de vous en souvenir en fuyant certains lieux, certaines personnes ou certaines activités? Oui/Non
  2. Avez-vous perdu votre d'intérêt pour des activités que vous aimiez pratiquer auparavant? Oui/Non
  3. Vous sentez-vous plus isolé ou distant des autres? Oui/Non
  4. Trouvez-vous plus difficile d'avoir de l'affection pour d'autres personnes? Oui/Non
  5. Avez-vous l'impression qu'il ne sert à rien de faire des plans? Oui/Non
  6. Avez-vous plus de mal qu'auparavant à vous endormir ou à demeurer endormi? Oui/Non
  7. Êtes-vous plus nerveux ou plus susceptible de sursauter en cas de bruit ou de mouvement banal? Oui/Non

Tous nos remerciements au Dr Breslau et à ses collègues (Breslau N, E. Peterson, R.Kessler, L. Schultz : Short screening scale for DSM-IV posttraumatic stress disorder. The American Journal of Psychiatry, 1999, no 156, pp. 908-911.)

Traitement

Il existe des traitements efficaces du TSPT, lesquels peuvent permettre à la plupart des personnes atteintes de vivre une vie productive et épanouie. Vous n'avez pas à laisser le TSPT interférer avec vos activités quotidiennes, votre travail et vos relations interpersonnelles.

Types de traitement

Plusieurs types de traitement existent et le traitement recommandé varie selon la situation de la personne en cause.

 

1. Counseling/thérapie

 

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) vous aide à surmonter le TSPT par l'entremise de vos cognitions (pensées) et vos comportements (apprentissage de stratégies d'adaptation).

 

Désensibilisation et reconditionnement à l’aide de mouvements oculaires : les praticiens de cette technique signalent qu’en utilisant les mouvements oculaires (ou d’autres moyens de « double stimulation de l’attention »), les mouvements traumatiques sont transformés en souvenirs non douloureux.

 

 2. Médicaments

 

Certains médicaments peuvent parfois être utiles, notamment les inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine (ISRS), utilisés pour la dépression, aussi utilisés dans le traitement de la dépression. Ils sont très efficaces pour certaines personnes. Les ISRS sont le citalopram (Celexa), la fluoxétine (Prozac), la paroxétine (Paxil) et la sertraline (Zoloft). Ils élèvent le niveau de sérotonine (un type de substance chimique) dans le cerveau.

 

Le traitement dure en général de six à douze semaines, parfois plus longtemps pour certains. Le traitement varie selon la personne. Ce qui fonctionne pour vous peut ne pas fonctionner pour quelqu'un d'autre.

Renseignements supplémentaires sur les thérapies

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

 

La thérapie cognitive (comportementale) aide la personne atteinte à comprendre et à modifier sa façon de penser en ce qui a trait au traumatisme et à ses conséquences. Si vous êtes cette personne, votre objectif consiste à mieux comprendre comment les pensées se rapportant au traumatisme engendrent du stress et aggravent vos symptômes.

 

Vous apprenez à reconnaître les pensées qui vous causent de l'inquiétude ou vous bouleversent. Avec l'aide de votre thérapeute, vous apprenez à remplacer ces pensées par d'autres pensées plus rationnelles et moins pénibles. Vous apprenez également à lutter contre vos sentiments de colère, de culpabilité et de peur.

 

À la suite d'un événement traumatique, il arrive souvent que la personne s'en prenne à elle-même et se sente coupable de gestes dont elle n'est pas responsable.

  • Par exemple, un soldat peut se sentir coupable des décisions prises durant une guerre. Après coup, il est facile de revenir sur ses actes. Mais le fait de vous apercevoir que vous auriez pu agir autrement ne signifie pas que vous avez eu tort ou que vous devriez être blâmé pour les conséquences de vos gestes.
  • En outre, le fait de se sentir responsable de ce qui est arrivé nourrit le sentiment d'avoir été maître de la situation. Mais en réalité, la personne n'était pas maître de la situation et ne peut être blâmée. Les enfants qui sont victimes d'abus se sentent souvent responsables du fait d'avoir été abusés. D'un point de vue rationnel, c'est insensé. Mais le fait de se blâmer donne aux enfants l'impression qu'ils étaient maîtres de la situation, ce qui les conforte.

Thérapie d'exposition

 

L'objectif de la thérapie d'exposition consiste à avoir moins peur de ses souvenirs. La thérapie se fonde sur l'idée que les gens apprennent à craindre les pensées, les sentiments et les situations qui leur rappellent un événement traumatique.

 

Parler plusieurs fois de votre traumatisme avec un thérapeute vous aide à apprendre à mettre de côté les pensées et les sentiments qui s'y rapportent. Vous apprenez que vous n'avez rien à craindre. Au début, c'est difficile. Il semble étrange de se rappeler des événements stressants à dessein. Mais, avec le temps, les événements deviennent moins accablants.

 

Avec l'aide de votre thérapeute, vous pouvez modifier la manière dont vous réagissez aux souvenirs stressants. Le fait d'en discuter en toute sécurité facilite les choses.

Vous avez la possibilité d'aborder les souvenirs plus supportables avant de parler de ceux qui sont plus pénibles. Ce processus de « désensibilisation » vous permet d'affronter progressivement les mauvais souvenirs. Votre thérapeute peut aussi vous demander de vous rappeler de tout un lot de mauvais souvenirs à la fois. Il s'agit d'une technique de submersion émotionnelle qui vous apprend à ne pas vous laisser envahir par l'émotion.

 

Vous pouvez d'autre part vous exercer à la relaxation en cas de souvenirs stressants, souvent à l'aide d'exercices de respiration.

 

Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires (EMDR)

 

L'intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires (EMDR) est une thérapie relativement récente qui est employée en présence du TSPT. Son utilisation est controversée.

 

Il s'agit d'employer des techniques de distraction, par exemple se concentrer sur les mouvements oculaires, le battement des mains et des sons, pendant qu'on évoque ses souvenirs. Par exemple, votre thérapeute fait un mouvement de la main près de votre visage, et vous suivez le mouvement des yeux.

 

La recherche suggère que cela contribue à diminuer l'anxiété liée aux souvenirs traumatiques, mais la manière dont cela fonctionne fait toujours l'objet de recherches.

 

Autres types de counseling/thérapie

 

Thérapie de groupe

 

De nombreuses personnes souhaitent échanger avec d'autres personnes qui ont subi un traumatisme semblable au leur.

 

La thérapie de groupe vous permet de communiquer avec un groupe de personnes qui ont subi un traumatisme et qui souffrent d'un TSPT. Le fait de raconter votre histoire à un groupe vous permet de vous sentir plus à l'aise quand vous parlez de votre traumatisme. Cela peut vous aider à lutter contre vos symptômes, vos souvenirs et à gérer d'autres éléments de votre vie.

 

La thérapie de groupe vous permet d'entrer en relation avec d'autres personnes qui comprennent ce par quoi vous êtes passé. Vous apprenez à composer avec des émotions comme la honte, la culpabilité, la colère, la rage et la peur. Le fait de raconter son histoire au groupe contribue aussi à retrouver la confiance en soi et en l'autre. Vous apprenez à vous concentrer sur le présent au lieu de rester accablé par le passé.

 

Psychothérapie psychodynamique brève

 

Ce type de thérapie vous apprend à gérer les conflits émotionnels provoqués par votre traumatisme et à comprendre comment votre passé influe sur vos sentiments actuels.

 

Votre thérapeute peut vous aider à :

  • Reconnaître ce qui déclenche l'apparition de vos souvenirs stressants et de vos symptômes.
  • Trouver des manières de gérer les sentiments intenses qui viennent du passé.
  • Prendre conscience de vos pensées et de vos sentiments, afin de pouvoir y réagir autrement.
  • Avoir une meilleure estime de soi.

Thérapie familiale

 

Le TSPT peut avoir des répercussions sur l'ensemble de la famille. Vos enfants et votre conjoint peuvent avoir du mal à comprendre pourquoi vous vous mettez en colère ou vous êtes si stressé. Ils peuvent se sentir effrayés, coupables ou même en colère à leur tour.

 

La thérapie familiale est un type de counseling auquel participe toute la famille. Le thérapeute vous aide, votre famille et vous, à mieux communiquer, à maintenir de bons rapports et à gérer des émotions pénibles. Votre famille a l'occasion d'en apprendre plus sur le TSPT et les traitements offerts.

 

En thérapie familiale, chacun a la possibilité d'exprimer ses craintes et ses préoccupations. Il est important d'être honnête à propos de vos sentiments et d'écouter les autres. Vous avez l'occasion de parler des symptômes du TSPT et de ses déclencheurs. Vous pouvez aussi discuter des principales étapes de votre traitement et de votre rétablissement. Cela permettra à votre famille de mieux vous aider.

 

Vous pouvez entreprendre à la fois une thérapie individuelle visant à atténuer les symptômes du TSPT et une thérapie familiale pour vous aider à améliorer les rapports avec votre famille.

 

Quelle est la durée du traitement?

 

En général, le traitement du TSPT dure de trois à six mois. Si vous souffrez d'autres troubles mentaux, le traitement du TSPT peut prendre d'un à deux ans ou plus.

 

Sur quoi la thérapie portera-t-elle?

 

Au début de la thérapie, votre thérapeute et vous devez établir les objectifs poursuivis. Il revient à chaque personne souffrant d'un TSPT de définir ses objectifs de traitement. Par exemple, il est possible d'entreprendre un traitement du TSPT qui n'a pas principalement pour but d'en atténuer les symptômes.

 

L'objectif de la thérapie peut consister à apprendre la meilleure manière de vivre avec ses symptômes et de gérer les difficultés qui y sont associées. Vous pourriez souhaiter vous sentir moins coupable et moins triste. Vous pourriez avoir envie d'améliorer vos rapports au travail ou de régler vos problèmes de communication avec vos amis ou votre famille.

 

Votre thérapeute vous aidera à établir quels sont les objectifs qui vous importent le plus et quels sont ceux dont la réalisation nécessite le plus de temps.

 

À quoi puis-je m'attendre de la part de mon thérapeute?

 

Votre thérapeute doit bien expliquer la thérapie. Vous devriez être à même de comprendre le choix de traitement, sa durée prévue et les manières de vérifier si le traitement fonctionne.

 

Vous et votre thérapeute devez-vous entendre sur un plan de traitement dès le début et sur ce que vous pourrez faire au cas où le plan ne donne pas les résultats escomptés. Votre thérapeute doit répondre à vos questions au sujet du traitement envisagé.

 

Vous devez vous sentir à l'aise dans votre relation avec le thérapeute et avoir le sentiment de vous attaquer à vos problèmes avec sa collaboration. Il n'est pas facile de parler des situations pénibles ou des traumatismes que vous avez vécus. Au cours d'une thérapie, les sentiments qui refont surface peuvent vous effrayer. Le fait de parler avec votre thérapeute du processus thérapeutique et de vos attentes à l'égard de la thérapie vous aidera à assurer le succès de la thérapie.

 

Si vous n'aimez pas votre thérapeute ou avez l'impression qu'il ne vous aide pas, consultez un autre professionnel. Dites à ce dernier que vous êtes à la recherche d'une seconde opinion.

Stratégies de l'effort autonome

  • Assurez votre sécurité. Pour commencer, assurez-vous d'être à l'abri du danger et d'être en sécurité! Par exemple, si votre traumatisme a été causé par un abus ou de la violence au sein de votre foyer, alors il vous faut d'abord demander de l'aide afin de vous sentir en sécurité. Consultez votre médecin ou communiquez avec un foyer d'accueil d'urgence.
  • Renseignez-vous sur le TSPT. Étant donné que les symptômes d'un TSPT (cauchemars, épisode dissociatifs et impression de revivre le traumatisme) sont très pénibles, les personnes atteintes se demandent souvent si elles deviennent folles. Détendez-vous, vous n'êtes pas en train de devenir fou ou folle. Vous ressentez seulement de l'anxiété à la suite d'une expérience traumatisante. Heureusement, vous pouvez acquérir des habiletés d'adaptation (en plus d'un traitement) qui vous aideront à vaincre cette anxiété.
  • Prenez bien soin de vous. En situation de stress, il arrive que nous ne portions pas suffisamment d'attention au sommeil, à l'alimentation ou à l'exercice. Alors, assurez-vous de 1) bien dormir, 2) de manger sainement au moins trois repas équilibrés par jour, et 3) de faire de l'exercice régulièrement.

Stratégies de réduction de l'anxiété par la relaxation physique

  • Respiration profonde : En période d'anxiété, les gens tendent à avoir une respiration rapide, ce qui empire la situation.
  • Relaxation musculaire progressive : Si vous vous sentez tendu, la relaxation musculaire progressive est une méthode de relaxation à suivre.
  • Conscience de l'ici-maintenant : Prendre conscience de l'ici-maintenant est une façon de revenir au présent, en particulier si vous avez des épisodes dissociatifs et que vous perdez le contact avec le présent. Cela permet d'axer son attention sur ce qui se passe maintenant.

Exemples

  • Touchez des objets qui vous entourent, et décrivez-les (texture, couleur). Par exemple, « Je suis assis(e) sur le canapé, qui est confortable et doux au toucher. Je sens l'odeur du café et j'entends la télé. »
  • Passez vos mains sous l'eau et décrivez à haute voix ce que vous ressentez.
  • Nommez tous les différents animaux qui vous viennent à l'esprit (chien, chat, poulet, vache, etc.)
  • Comptez à reculons à partir de 100
  • Récitez l'alphabet à partir de z

Autres trucs pour prendre conscience de l'ici-maintenant :

  • Gardez les yeux ouverts : Tout en prenant conscience de l'ici-maintenant, gardez les yeux ouverts afin de mieux vous concentrer sur le présent. Il est aussi utile de dire à voix haute ce que vous voyez et ce que vous êtes en train de faire.
  • Exercez-vous : Ne soyez pas déçu(e) si vous ne constatez pas de résultats dès votre premier essai. Comme toujours, il faut se reprendre à plusieurs reprises avant d'avoir des résultats probants. Vous réussirez mieux si vous vous exercez calmement.
  • Demeurez en activité. Les gens qui sont aux prises avec un TSPT laissent souvent tomber des activités qui leur plaisaient auparavant, mais cela leur nuit. Bien que cela puisse sembler difficile, il faut reprendre sa vie normale autant que possible, ce qui comprend le travail, les interactions avec les amis et la famille, ainsi que les passe-temps et les sports. Même si vous ne pouvez pas reprendre immédiatement toutes les activités habituelles, efforcez-vous de les reprendre étape par étape.
  • Exposition : Confrontez vos peurs et ne laissez pas le TSPT prendre le dessus. L'anxiété provoquée par le TSPT tend à induire une réaction d'évitement. Malheureusement, avec le temps, les craintes s'amplifient et la réaction d'évitement se généralise. La meilleure façon d'agir est de confronter ses craintes, étape par étape.

Exemples :

  • Une personne est traumatisée à la suite d'une chute de cheval. Plus elle évite les chevaux et l'équitation, plus ce sera difficile. La solution consiste à remonter à cheval dès que possible.
  • Une personne est victime d'un vol avec agression dans le terrain de stationnement d'un centre commercial le soir. Elle commence à éviter les terrains de stationnement le soir, puis le jour, puis les centres commerciaux, et finalement elle ne sort plus. La solution consiste à confronter ces craintes, et affronter graduellement des situations semblables.
  • Évitez de recourir aux médicaments et à l'alcool. Cela semble utile à court terme, mais ne peut qu'empirer les choses à long terme.

Pour en savoir plus sur le TSPT

À propos du présent document

Le présent document a été rédigé par l'équipe d'eSantéMentale.

Avis de non responsabilité

Les renseignements contenus dans cette brochure sont offerts « tels quels » et sont destinés uniquement à fournir des renseignements généraux qui complètent, mais ne remplacent pas les renseignements donnés par votre intervenant en matière de santé. Communiquez toujours avec un professionnel de la santé qualifié pour tout renseignement supplémentaire concernant votre situation ou circonstance particulière.

La licence Creative Commons

Vous êtes libre de copier et de distribuer ce matériel dans son intégralité tant 1) qu’il n'est pas utilisé de manière à suggérer que nous vous endossons ou que nous approuvons votre utilisation du matériel, 2) que ce matériel n'est pas utilisé à des fins commerciales (non-commerciales), 3) que ce matériel n’est modifié d’aucune façon (pas de travaux dérivés). Voir la licence complète au http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/

Fiches d'information connexes

Affichée le : Nov 1, 2008
Date de la dernière modification : Jan 13, 2017

Trouvez-vous que l'information donnée sur cette page est utile?