Panier info -

Trouble d'anxiété sociale chez les adultes

Sommaire : Il est normal qu’une personne soit timide en certaines occasions, mais lorsque sa timidité l'empêche de parler à l'école, au travail ou ailleurs, la personne peut souffrir d'un trouble d'anxiété sociale. Heureusement de nombreuses stratégies peuvent être utilisées pour surmonter l'anxiété sociale.
Ajouter au Panier Info
PDF
Image credit: Adobe Stock

Introduction

Il peut s'agir d'un adulte qui n'a jamais de rendez-vous galant parce qu’il est trop timide pour parler à une personne du sexe opposé. Il peut s'agir d'un employé trop tranquille qui n'est pas apprécié par ses collègues et qui est mal rétribué par son employeur. Il peut s'agir d'un de vos copains qui est si drôle, mais qui souffre de solitude parce qu'il est trop timide pour approcher des inconnus.

Aperçu

Il arrive à tout le monde d'être timide de temps à autre. Par exemple, de nombreuses personnes se sentent nerveuses avant de faire une présentation ou de rencontrer un employeur pour la première fois. Une légère timidité ne nuit pas, au contraire, elle empêche de faire des choses qui pourraient être embarrassantes ou causer des problèmes. Mais si vous êtes si timide que cela vous cause de problèmes à l'école, au travail ou dans vos relations interpersonnelles, alors vous souffrez peut-être d'un trouble d'anxiété sociale...

 

L'anxiété sociale (ou la phobie sociale ou la trouble d'anxiété sociale) est un trouble qui rend les gens qui en souffrent très nerveux en situation sociale, en particulier en présence de personnes ou de situations inconnues, ou quand elles ont peur d'être jugées.

 

Ces personnes craignent de montrer leur anxiété ou de faire une erreur qui va les embarrasser.

 

Cette anxiété peut être tellement sévère qu’elle les menent à éviter toute une gamme de situations, et elles peuvent finir par se cloîtrer et devenir incapables de fonctionner à leur plein potentiel.

Pourquoi il importe de traiter l'anxiété sociale

À cause de leur réaction d'évitement des situations sociales, les personnes atteintes risquent d'avoir une faible qualité de vie, et d'être incapables d'occuper un emploi ou de se contenter d'être sous-payé à leur emploi. Ultimement, en l'absence de traitement, l'anxiété sociale peut mener à d'autres problèmes, comme l'abus d'alcool ou d'autres drogues, la dépression et d'autres troubles mentaux.

Dans quelle mesure est-elle répandue?

Les gens qui ont une phobie sociale ont généralement été timides toute leur vie, mais la phobie devient habituellement apparente à l'adolescence, quand la vie sociale s'intensifie.

 

Elle touche des personnes de tout âge et quelque 8 % des Canadiens présentent des symptômes à un moment de leur vie (Statistique Canada, 2002).

Signes et symptômes d'anxiété sociale

Les symptômes sont ressentis avant ou pendant une situation sociale : 

  • Rougissement, sudation, sentiment d'avoir chaud
  • Nausées
  • Tremblements
  • Difficulté à parler ou à établir un contact visuel

Types d'anxiété sociale

Le DSM-IV (un manuel de troubles mentaux à l'intention des professionnels) distingue deux principaux types de troubles d'anxiété sociale :

 

a) Trouble d'anxiété sociale généralisée :

La personne tend à éviter (ou à mal supporter) une grande variété de situations sociales : engager une conversation avec quiconque sauf des proches, parler à des inconnus, parler au téléphone, exprimer une opinion personnelle, aborder une personne en position d'autorité (p. ex., un enseignant ou un employeur).

 

b) Trouble d'anxiété sociale non généralisée :

La personne éprouve des difficultés principalement dans les situations durant lesquelles elle pourrait être observée attentivement et jugée par autrui, comme prendre la parole en public, en classe ou lors d'une réunion; donner une représentation devant public; manger ou boire en présence d'autres personnes; utiliser des toilettes publiques quand d'autres personnes sont présentes; commettre une erreur devant des témoins.

Quelles sont les causes de l'anxiété sociale?

De nombreux facteurs contribuent à l'anxiété sociale.

  • La génétique : en cas d'antécédents familiaux, le risque est plus élevé.
  • Des expériences de vie peuvent aussi entraîner une peur sociale de subir une humiliation ou de se mettre dans l'embarras. Par exemple :

a) Un traumatisme, ou de mauvaises expériences comme avoir été harcelé à propos de son apparence.

b) Avoir grandi avec des anxieux sociaux, ou dans un milieu où on accorde une grande importance à l'opinion des autres.

Est-ce que je suis atteint d’un trouble d'anxiété social?

  • Craignez-vous beaucoup et de manière persistante les situations sociales ou les situations où vous pourriez être observé attentivement et jugé par autrui? les situations qui pourraient engendrer de l'embarras ou du rejet?
  • Évitez-vous ces situations ou encore les supportez-vous avec angoisse (p. ex. en manifestant des symptômes d'anxiété)?
  • Est-ce que vos craintes sont déraisonnables ou vous compliquent la vie?

Si vous répondez oui à une de ces questions de dépistage, alors vous devriez consulter un professionnel de la santé.

Si vous croyez être atteint d’un trouble d’anxiété social

Consultez un professionnel de la santé. Votre médecin, par exemple, peut vérifier si vous souffrez d'un trouble médical qui contribue à votre état anxieux, comme des problèmes hormonaux. Il peut ensuite vous recommander des services de santé mentale spécialisés, ou vous aiguiller vers un professionnel de la santé mentale, p. ex. un psychologue.

 

Prenez garde, l'anxiété sociale pourrait vous faire croire que vos soucis sont non fondés, qu'il ne s'agit que de timidité et qu'on ne vous prendra pas au sérieux. C'est votre anxiété sociale qui parle. Demandez de l'aide, vous le méritez.

Comment traite-t-on l'anxiété sociale?

La mauvaise nouvelle est que vous souffrez possiblement d'un trouble d'anxiété sociale. La bonne nouvelle est qu'il existe de nombreux traitements efficaces pour l'anxiété sociale.

 

1. Thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

 

La TCC est un type de psychothérapie, assurée par un psychologue, un psychiatre ou un autre professionnel qualifié, qui aide les personnes atteintes à surmonter leur anxiété sociale grâce à diverses techniques cognitives et comportementales. Les rencontres sociales génèrent des craintes, qui suscitent des sentiments d'anxiété sociale et incitent des comportements d'évitement. En modifiant ses pensées ou ses comportements, il est possible de surmonter son anxiété sociale.

 

La TCC emploie notamment les techniques suivantes :

 

a. Transformation des pensées inquiètes en pensées plus utiles (restructuration cognitive)

 

Les craintes associées à l'anxiété sociale comprennent :

  • Des peurs relatives aux autres : « Tout le monde va rire de moi. » ou encore, « Tout le monde me surveille. »
  • Des peurs relatives à soi : « Je vais me ridiculiser. », ou encore, « Je vais m'humilier. »

Il faut remplacer ces pensées par d'autres pensées plus utiles, comme :

  • « Personne ne va rire, et même si quelqu'un riait, cela n'aurait aucune importance. Tout sera oublié le lendemain de toute manière! » ou encore « Personne ne me regarde, après tout, je ne suis pas une vedette! ».
  • « Je ne vais pas me ridiculiser, après tout, je ne ferai rien de pire que les autres! », « Je ne ressentirai pas une humiliation, j'ai connu pire! »

b. Exposition : Le fait de s'exposer graduellement et à plusieurs reprises à la situation inquiétante jusqu'à ne plus en avoir peur. Par exemple, une personne qui a peur de parler devant un enseignant peut commencer par lui parler après les cours, individuellement, puis progresser jusqu'à devenir capable de lui parler durant les cours en présence des autres. L'exposition suit la « hiérarchie » des comportements établie, une approche étape par étape qui commence par les comportements les plus aisés et progresse vers les comportements plus exigeants.

 

c. Jeux de rôle : Exercices consistant à appliquer de nouvelles manières de réagir à des situations inquiétantes. Par exemple, un adulte anxieux à propos de ce qu'il devrait dire lorsqu'il rencontre de nouvelles personnes peut reproduire la situation en thérapie.

 

d. Entraînement aux habiletés sociales : Apprentissage des étapes et des règles efficaces dans les interactions sociales. On s'attend généralement à ce que les gens fassent l'apprentissage des aptitudes sociales naturellement, ou par eux-mêmes. L'école n'enseigne habituellement pas comment parler aux autres, se faire des amis ou acquérir des aptitudes sociales. Mais parce que les personnes souffrant d'une anxiété sociale tendent à éviter les situations sociales, elles ont peu d'occasions d'apprendre à exercer leurs aptitudes sociales. Par conséquent, il est utile de se familiariser expressément avec les habiletés sociales et de communication interpersonnelle.

 

e. Résolution de problèmes : Cette approche consiste à identifier les problèmes qui engendrent du stress et apprendre à les gérer. Cela consiste à apprendre à résoudre systématiquement les problèmes qui se présentent en utilisant la technique du remue-méninges, en évaluant les avantages et les désavantages de diverses solutions, et en définissant les étapes menant à la meilleure solution. Il faut que la personne apprenne à recourir à ce processus chaque fois qu'elle est confrontée à un problème.
 

L'anxiété sociale tend à inciter les personnes qui en souffrent à éviter les problèmes (et les situations problématiques), par conséquent, un des principaux objectifs d'une thérapie cognitivo-comportementale (ou de toute thérapie) consiste à aider graduellement les personnes atteintes à confronter leurs problèmes (et les situations problématiques).

 

2. Médicaments

 

Les médicaments, prescrits par un médecin (le médecin de famille, un pédiatre ou un psychiatre) sont généralement utilisés seulement dans les cas où l'anxiété sociale n'est pas atténuée par d'autres types de counseling ou de thérapie, ou quand l'anxiété est si intense qu'elle empêche le recours au counseling ou à la thérapie. Les données démontrent que lorsqu'elle est utilisée correctement, la médication est sûre et efficace (Bridge, JAMA, 18 avril 2007). Les données récentes montrent qu'une combinaison de médicaments et de psychothérapie semble plus efficace que l'utilisation seule de médicaments ou d'une psychothérapie (Walkup et coll., 2008).

Comment surmonter votre anxiété sociale

Quoique les traitements comme la TCC soient généralement offerts par des professionnels de la santé mentale (comme les psychologues), bon nombre des techniques utilisées peuvent être apprises par les personnes souffrantes elles-mêmes.

Comment aider quelqu'un d'autre à surmonter son anxiété sociale

Conseils généraux

  • Aider la personne à obtenir de l'aide.
    • Offrir d'accompagner votre ami ou votre parent lors du rendez-vous.
    • Soutenir la personne qui suit les traitements recommandés, qu'il s'agisse d'une psychothérapie, de médicaments ou d'un autre traitement.
       
  • Reconnaître l'angoisse éprouvée par votre ami ou votre parent.
    • Éviter de lui dire simplement de s'en sortir.
    • Éviter d'attirer l'attention sur la personne, sauf si elle vous en donne la permission. Par exemple, n'organisez pas une fête-surprise sans la consulter à l'avance à ce propos.

Mesures particulières à prendre qui pourraient atténuer l’anxiété sociale

  • Aider votre ami à penser positivement afin qu'il puisse combattre les pensées générées par son anxiété sociale
    • Par exemple, suggérez-lui de combattre son anxiété sociale en remplaçant les pensées du type « Je vais me ridiculiser » par d'autres possibilités, comme « Tout ira bien » ou « Nous allons bien nous amuser », etc.
    • Montrer de la souplesse et aider votre ami ou votre proche à établir une « hiérarchie d'exposition ».

Références

  • Statistique Canada. (2002). Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2002 : Santé mentale et bien-être
  • Association des psychiatres du Canada. (2006). Guide de pratique clinique: Traitement des troubles anxieux, consulté le 6 novembre, 2008 au http://publications.cpa-apc.org/media.php?mid=469

Pour en savoir plus

Sites Web et organismes

Livres

  • Painfully Shy: How to Overcome Social Anxiety & Reclaim Your Life (2003), by Barbara Markway and Gregory Markway.
  • The Shyness and Social Anxiety Workbook (2000) by Martin Anthony and Richard P. Swinson.
  • Overcoming Shyness & Social Phobia: A Step-by-Step Guide (1998) by Ronald M. Rapee.
  • Beyond Shyness: How to Conquer Social Anxieties (1994) by Jonathon Berent.

À propos du présent document

Le présent document a été rédigé par l'équipe d'eSantéMentale, avec la collaboration du psychologue Barry Schneider et de ses collègues du Département de psychologie de l'Université d'Ottawa.

Avis de non responsabilité

Les renseignements contenus dans cette brochure sont offerts « tels quels » et sont destinés uniquement à fournir des renseignements généraux qui complètent, mais ne remplacent pas les renseignements donnés par votre intervenant en matière de santé. Communiquez toujours avec un professionnel de la santé qualifié pour tout renseignement supplémentaire concernant votre situation ou circonstance particulière.

La licence Creative Commons

Vous êtes libre de copier et de distribuer ce matériel dans son intégralité tant 1) qu’il n'est pas utilisé de manière à suggérer que nous vous endossons ou que nous approuvons votre utilisation du matériel, 2) que ce matériel n'est pas utilisé à des fins commerciales (non-commerciales), 3) que ce matériel n’est modifié d’aucune façon (pas de travaux dérivés). Voir la licence complète au http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/

 

Affichée le : Nov 8, 2008
Date de la dernière modification : Oct 8, 2016

Trouvez-vous que l'information donnée sur cette page est utile?