Panier info -

Peur et phobie des aiguilles chez les enfants et jeunes

Sommaire : La peur des aiguilles est très répandue chez les enfants comme chez les adultes. La plupart des enfants et des adultes arrivent à surmonter leur peur des aiguilles pour recevoir des injections (vaccins, médicaments) ou avoir une prise de sang. Mais si la peur devient si intense qu’elle empêche tout contact avec une aiguille, elle peut se transformer en « phobie des aiguilles ».
Ajouter au Panier Info
PDF
Image credit: Adobe Stock

Qu’est-ce que la phobie des aiguilles?

La peur des aiguilles est très répandue chez les enfants comme chez les adultes. Tous les enfants reçoivent des piqûres (injections) dans le cadre du programme de vaccination. Certains d’entre eux doivent en plus avoir des injections de medicaments ou des prises de sang parce qu’ils sont malades. La plupart des enfants et des adultes arrivent à surmonter leur peur des aiguilles pour recevoir des injections (vaccins, médicaments) ou avoir une prise de sang. Mais si la peur devient si intense qu’elle empêche tout contact avec une aiguille, elle peut se transformer en « phobie des aiguilles ». Cette peur excessive peut avoir des conséquences sur la santé, parce qu’elle peut mener une personne à éviter les piqûres à tout prix. De plus, certains métiers, régimes d’assurance, programmes de formation ou voyages exigent de recevoir des vaccins ou d’avoir des prises de sang. La phobie des aiguilles peut par conséquent poser divers problèmes dans la vie de ces personnes.

Définition de la phobie des aiguilles

Selon le DSM-5 (Manuel statistique de diagnostic des troubles mentaux), un outil utilisé par les professionnels pour le diagnostic, la phobie des aiguilles est un type de phobie spécifique. Ses principales caractéristiques comprennent:
  • Une peur marquée et persistante des aiguilles, qui est excessive ou déraisonnable, en raison de la présence ou de l’anticipation des aiguilles.
  • L'exposition aux aiguilles provoque presque toujours une anxiété immédiate.
  • Les situations impliquant des aiguilles sont évitées ou sont vécues avec une anxiété ou une détresse intense.
  • L'évitement, la peur et la détresse autour des aiguilles perturbent considérablement la vie de la personne.
Cela peut affecter la santé médicale d'une personne, car cela les incite à éviter de recevoir des soins de santé appropriés. Cela peut également causer d’importants problèmes sociaux, car des immunisations ou des analyses de sang peuvent être nécessaires pour obtenir un emploi, obtenir une assurance-maladie, voyager, faire des études et se marier.

Quelle est la fréquence de la phobie des aiguilles?

La phobie des aiguilles est courante. Les chercheurs estiment qu’entre 5-9% ont une phobie des aiguilles. (Craske, Antony et Barlow, 1997; Kleinknecht, 1987; Mark, 1988).

Quelles sont les causes de la phobie des aiguilles?

La phobie des aiguilles résulte d’une combinaison de facteurs (Hamilton, 1995; Willemsen, 2002):
  • La génétique. Un pourcentage inhabituellement élevé de personnes atteintes de phobie des aiguilles ont des parents atteints de phobie des aiguilles, ce qui suggère une base génétique. En effet, d’un point de vue évolutif, il est préférable d’avoir peur de se faire percer la peau, car cela vous inciterait à éviter d’éviter les coupures, les ecchymoses ou les blessures.
  • Événements de la vie. Les personnes atteintes de phobies des aiguilles ont peut-être déjà eu une mauvaise aiguille douloureuse; ou entendre ou assister à quelqu'un avec une mauvaise expérience.

Comment se manifeste la phobie des aiguilles?

Lorsqu’elles doivent recevoir une piqûre, les personnes atteintes d’une phobie des aiguilles :

  • Ressentent une grande angoisse et une peur intense;
  • Voient leur fréquence cardiaque et leur tension artérielle augmenter (Willemsen, 2002).

Lorsque la fréquence cardiaque s’accélère et que la tension artérielle augmente, l’organisme tente de compenser. Ce phénomène, appelé « réflexe vasovagal », entraîne un ralentissement de la fréquence cardiaque et une baisse de la tension artérielle. Le réflexe vasovagal est parfois si intense que la personne perd connaissance ou s’évanouit (Willemsen, 2002).

Que faire si votre enfant a une simple peur des aiguilles?

Avant de recevoir une aiguille
 
Expliquez à votre enfant pourquoi il a besoin d'une aiguille. La connaissance est le pouvoir. Comment vous sentiriez-vous si vous alliez chez le médecin et qu'il vous bloquait avec une aiguille sans aucune explication? Assurez-vous d’expliquer à votre enfant pourquoi il / elle a besoin d’aiguilles. Pour les plus jeunes enfants, montrez comment obtenir une aiguille en utilisant une poupée ou un animal jouet.
 
Si votre enfant exprime sa peur, vous pourriez lui demander: "Qu'est-ce qui rend une aiguille si effrayante?" "Qu'est-ce qui vous empêche d'être sur le point d'obtenir une aiguille?
 
Donnez à l'enfant un sentiment de contrôle. Par exemple, si possible, vous pourriez offrir:
  • "Veux-tu que moi (ou quelqu'un d'autre) soit avec toi quand tu as l'injection?"
  • "Veux-tu te coucher / te lever / t'asseoir?"
  • "Voulez-vous savoir ce qui se passe ou préférez-vous ne pas le faire?"
Juste avant l'aiguille
 
Engourdissez la peau afin de réduire ou d’éliminer la douleur de la piqûre d’aiguille. Les moyens de le faire incluent:
  • Utilisation d'un timbre anesthésique (comme le timbre EMLA [Patch eutectique d'anesthésiques locaux] TM) ou d'une crème. Ils peuvent être utilisés sur une peau saine et intacte avant de recevoir une aiguille ou de se faire prendre du sang (avec une aiguille). De nombreuses cliniques et hôpitaux l'offrent. S'ils ne le font pas, vous pouvez toujours acheter un patch EMLA auprès de votre pharmacie. Il suffit de suivre les instructions fournies dans l'emballage.
  • Appliquer un sac de glace sur la peau avant l'injection.
Pendant l'aiguille
 
Distraire l'enfant. Pensez à distraire votre enfant d’une manière ou d’une autre, par exemple:
  • Utiliser une tablette ou un téléphone intelligent pour jouer à un jeu vidéo ou regarder une vidéo
  • Jouer avec un jouet bruyant (avec des enfants plus jeunes)
  • Souffler des bulles

Si vous pensez que votre enfant a une phobie des aiguilles…

Beaucoup d’enfants n’aiment pas les piqûres. Toutefois, si cette peur va jusqu’à les empêcher de recevoir une injection, n’hésitez pas à consulter un professionnel pour aider votre enfant.

 

Les médecins et les infirmières utilisent des stratégies pour aider les jeunes à maîtriser leur peur. Si ces techniques ne suffisent pas, demandez à votre médecin de vous orienter vers un autre professionnel, comme un psychologue. Les psychologues utilisent souvent les approches suivantes pour aider les enfants et les adolescents à surmonter leur phobie des aiguilles.

Approches utilisées pour traiter la phobie des aiguilles

1. Exposition-Désensibilisation-Répétition

 

Il s’agit d’une approche de type « pas à pas » qui décompose les étapes de la réalisation de la piqûre pour apprendre à maîtriser sa peur petit à petit.

 

Par exemple :

 

Étape 1 : Regarder des livres ou des vidéos qui montrent une visite chez le médecin et la realization d’une piqûre. De nombreux hôpitaux pour enfants ont aussi une page de leur site Web qui offer des renseignements sur le sujet;

 

Étape 2 : Les jeunes enfants peuvent jouer « au docteur » ou « à l’infirmière » à l’aide d’une trousse médicale. Ils pourront ainsi se « donner » des piqûres entre eux ou à une poupée ou à un animal en peluche. Avec les enfants plus âgés et les adolescents, le thérapeute utilisera peut-être de vraies aiguilles et encouragera le jeune à :

  • Observer l’aiguille;
  • Manipuler l’aiguille;
  • Placer l’aiguille sur sa peau, mais sans la perforer.

L’utilisation de véritables aiguilles est rare et doit être réservée aux traitements par un professionnel de la santé mentale;

 

Étape 3 : Se rendre au cabinet du médecin et passer un peu de temps dans la salle d’attente;

 

Étape 4 : Se rendre au cabinet du médecin, passer du temps dans la salle d’attente, rencontrer le médecin, mais sans recevoir de piqûre;

 

Étape 5 : Se rendre au cabinet du médecin, passer du temps dans la salle d’attente, rencontrer le médecin et recevoir une piqûre.

 

2. Exercices de relaxation et de respiration

 

Lorsque nous sommes nerveux, nous avons tendance à respirer plus rapidement. Les inspirations profondes peuvent être très efficaces pour se calmer. Le fait de se concentrer sur leur respiration peut aussi aider les jeunes à détourner leur attention de l’aiguille. Votre enfant peut apprendre et practiquer des techniques pour se calmer et relaxer.

 

N’hésitez pas à consulter les programmes MindMasters et Mini MindMasters mis développés au CHEO.

www.child-youth-health.net/fr/child-youth-health/MindMasters_p280.html 

www.child-youth-health.net/fr/child-youth-health/Mini_MindMasters_p2236.html.

 

3. Imagerie mentale

 

Il s’agit d’arriver à produire des images dans sa tête, comme se trouver dans un endroit reposant ou une situation de calme, pendant la piqûre.

 

4. Hypnose

 

Un médecin de famille ou un psychologue formé aux techniques d’hypnose peut aider un enfant ou un adolescent à atteindre une sensation de profonde relaxation (état hypnotique).

Réferénces

  • Antony, Martin M., & Watling, Mark A. (2006). Overcoming medical phobias: How to conquer fear of blood, needles, doctors, and dentists. New Harbinger Publications.
  • Hamilton, James G. (1995). Needle phobia: a neglected diagnosis. Journal of Family Practice, 41:169-175.
  • Uman, L.S., Chambers C.T., McGrath, P.J., Kisely, S (2006). Psychological interventions for needle-related procedural pain and distress in children and adolescents. Cochrane Database of Systematic Reviews, issue 4, retrieved Dec 3, 2007 from http://mrw.interscience.wiley.... cochrane/clsysrev/articles/CD005179/frame.html
  • Willemsen, H., Chowdhury, U., Briscall, L. (2002). Needle phobia in children: a discussion of aetiology and treatment options. Child Psychology and Psychiatry, 7(4): 609-619.

À propos du prése​nt document 

Document rédigé par les professionnels de la santé mentale du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO), 613 737-7600 www.cheo.on.ca. 

 

Merci à Diane Sharp, et chef clinique de l’équipe spécialisée en intraveinothérapie, Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, et à Sylvia Naumovski, présidente de l’organisme Parents for Children’s Mental Health, www. parentsforchildrensmentalhealth.org. 

 

Document protégé par une licence de Creative Commons (Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.5 Canada). Vous avez le droit de reproduire, de distribuer et de communiquer cette création au public à des fins non commerciales. Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette création. Vous pouvez visualiser la licence complète sur le site Web : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/ 

 

L’information contenue dans ce fascicule est offerte « telle quelle » et son but n’est que de fournir de l’information générale. Nous déclinons toute responsabilité à l’égard de pertes, de blessures, de réclamations, de dommages ou de responsabilités de quelque sorte que ce soit découlant du contenu du présent document. Adressez-vous toujours à un professionnel de la santé qualifié pour obtenir d’autres renseignements à propos de votre situation ou circonstance particulière. 

 
Affichée le : Nov 4, 2008
Date de la dernière modification : Oct 3, 2019

Trouvez-vous que l'information donnée sur cette page est utile?